Vos données sont un trésor, nous fournissons la clé

Passer sa BI dans le Cloud : ERP-centric ou DB-centric ?

Passer la BI dans le Cloud offre de nombreux avantages, pour la DSI comme pour les métiers. Nous l’avons vu dans notre article Cloud BI : quels intérêts pour la DSI et les métiers ? Pour ce faire, deux approches existent, chacune ayant ses spécificités : partir de l’ERP ou partir de la database.

1) Partir de l’ERP

BI ERP

Adopter une stratégie “ERP-centric” pour passer sa BI dans le Cloud est souvent ce qui paraît le plus logique aux DSI. En effet, l’ERP est le logiciel structurant de l’entreprise, qui détient les données de référence. Partir de ses ramifications pour étendre les usages fait donc sens. Bien évidemment, les fournisseurs ERP tiennent ce discours. Ils vantent les avantages de n’avoir qu’un seul interlocuteur qui vous connait, a déjà mené des projets d’ampleur dans votre entreprise, comprend vos spécificités, etc. Cependant, partir de votre ERP (SAP par exemple) pour mettre votre BI dans le Cloud (avec SAP HANA) vous demandera d’abandonner vos bases de données (Oracle probablement si vous êtes sur SAP).

Pourquoi envisager une autre solution ? Tout d’abord, parce qu’en partant de l’ERP pour construire votre BI Cloud, vous risquez d’avoir un impact sensible sur les performances de vos restitutions. Les ERP sont des logiciels rigides, optimisés pour les traitements transactionnels, pas prévus pour devenir le socle de solutions de BI. Ensuite, en prenant le package fourni par votre prestataire ERP, il vous sera beaucoup plus difficile voire impossible d’ajouter de données tierces à votre BI. Enfin, et c’est le point sur lequel vous devez être le plus vigilant, baser la BI sur l’ERP implique souvent une explosion des budgets ! Chaque consommateur de données passant par HANA, pour reprendre notre exemple, devra avoir une licence SAP complète.

2) Partir de la DB

database BIEn favorisant une stratégie “DB-centric”, vous ne mettez plus le logiciel de gestion au centre, mais vous vous concentrez sur la data. Et cela fait toute la différence ! Premièrement, vous pourrez conserver votre base de données historique, sans avoir à tout transférer dans le système ERP. Et deuxièmement, vous vous ouvrirez de nouveaux horizons pour le choix de votre Cloud. Plus rien ne vous empêche, par exemple, de profiter de la puissance d’Exadata et de la qualité des ETL dans le Cloud Oracle.

Bien sûr, en étant “DB-centric”, vous pourrez aussi accroître les champs d’investigation de la BI, en ajoutant des données hors ERP (paie, CRM, applications métiers…). Avec cette vision DB-centric, vous aurez aussi accès aux avantages d’autres solutions de BI. Par ailleurs, certaines fonctionnalités comme le writeback, ou la possibilité de connecter les différents logiciels de dataviz utilisés par les métiers, ne sont possibles qu’avec cette approche.

Enfin, n’oublions pas le volet financier : l’approche DB-centric est en parfaite adéquation avec les objectifs de cost-killing demandés aux DSI. Cela pourrait même vous permettre de décommissionner certaines licences ERP, qui sait…

Regarder aussi

BI Cloud oracle

Les 4 forces de la solution Oracle Analytics Cloud

Benjamin Nappez, Responsable commercial Oracle, ex-Analyste puis Data Manager côté clients, nous présente les 4 ...