Vos données sont un trésor, nous fournissons la clé

Pourquoi la Datavizualisation change la donne

Voir ses données pour mieux les comprendre : ça vous parait simple ? Et pourtant, la datavizualisation et ses nouveaux outils ont changé la donne.

“Mieux voir pour mieux piloter” pourrait être le leitmotiv des entreprises à l’heure de “l’infobésité”, de l’abondance des données et de la complexification de leur gestion. Face à des volumétries de data sans précédents, parvenir à transformer ses données, à visualiser son activité, à la comprendre finement et ce le plus rapidement possible est devenu une vraie plue-value compétitive.

 

La Datavizualisation, qu’est-ce que c’est ?

Les décideurs n’ont pas attendu l’ère moderne pour mettre en image leurs données. Cartes, histogrammes, croquis et dessins étaient déjà soumis aux souverains par les astronomes et les cartographes pour faire le point sur les activités du Royaume… Et au-delà : l’un des premiers “graphiques” de Dataviz connus est la position du soleil et des étoiles, réalisé au Xe siècle.

Depuis les années 2000 et la démocratisation de l’information grâce au web, la Datavizualisation est entrée dans un âge d’or. Ce qui a changé : l’informatisation de ces outils de mise en image qui permettent d’aller beaucoup plus loin. Car mettre en image une activité permet à la fois d’en faciliter la compréhension, mais aussi d’en étendre la communication vers un public plus large, et ce de façon simultanée.

Par définition, la Datavizualisation ou Dataviz est une technique d’exploitation, d’investigation et de mise en image des données pour mieux en extraire le sens, et ce via différents outils. Elle permet ainsi d’appréhender la complexité des données. C’est pourquoi l’on dit d’une donnée qu’elle n’est pas une information : ce n’est qu’à partir du moment où elle a été transformée qu’elle agrège une valeur décisionnelle.

 

Faîtes parler vos données”

Démocratiser les données pourrait aussi être un leitmotiv de la Datavizualisation puisqu’elle les mets à disposition des décideurs et des utilisateurs métiers. De fait, via des images, des animations, des graphiques, il est beaucoup plus simple de comprendre – et donc de piloter.

Les solutions BI proposent de créer des tableaux de bords de plus en plus conviviaux, esthétiques et lisibles partagés entre toutes les parties-prenantes.

En projetant ces informations, il est possible de convaincre un auditoire et de gagner un temps de décryptage précieux, pour mettre l’ensemble des décideurs à la page. Un outil de communication puissant, donc, qui reprend simplement la théorie de Gestalt : les perceptions et modes de représentation du cerveau humain traitent spontanément les phénomènes en systèmes organisés. Ainsi, une information respectant la “loi de la bonne forme” sera plus susceptible d’être comprise et retenue.

Certaines entreprises proposent même maintenant à leurs collaborateurs de suivre des éléments de Data Storytelling pour optimiser leurs techniques de narration des données. Car une histoire est 22 fois mieux retenue qu’une statistique” explique Jennifer Aaker, professeur de Marketing à Stanford.

Ainsi, la bonne transmission d’une information est devenue aussi importante que l’information. Mais en termes décisionnels, cela va plus loin : il s’agit de choisir la forme de la donnée en fonction de l’action que l’on souhaite faire prendre au public visé. La Datavizualisation a donc aussi un rôle majeur dans la force de conviction.

 

La Dataviz : comment ça marche ?

Trois modes d’analyse peuvent être mis en place : à posteriori (revenir et constater sur des activités passées), en temps réel (analyse de l’activité présente et des moyens d’interaction immédiats possibles) et enfin à priori (anticiper l’activité future grâce à des outils prédictifs).

Nous connaissons tous les diagrammes “en barre”, les “camemberts” ou encore les “pizzas”, popularisés depuis vingt ans en entreprise mais aussi dans les médias et sur la Toile.

Aujourd’hui, les éditeurs continuent à faire évoluer ce type d’images avec de nouvelles représentations plus élaborées : le nuage de bulles (“bubble Grid”), l’entonnoir (“funnel”), les “maps” ou structures arborescentes, les cartes de chaleur dites “HeatMap” qu’on retrouve massivement dans le domaine géographique, ou encore la chute d’eau (“waterfall”) très esthétique.

Côté éditeurs, toutes les solutions ne proposent pas les mêmes fonctionnalités en termes de Datavizualisation. Si l’on se réfère au Magic Quadrant du Gartner, Tableau s’affiche comme un des leaders en la matière. Gratuit, l’outil se télécharge sur Windows et est entièrement personnalisable, avec toutefois une vitesse limitée pour la mise en forme. Qlik, spécialiste des solutions BI on-premise se classe également en tête, non loin de l’éditeur historique Microsoft. Ce dernier a modernisé son offre avec la suite Power BI, solution de reporting simple et innovante qui permet d’interagir avec ses données depuis une interface ergonomique. Enfin, Microstrategy s’est également distingué avec Data Discovery, solution en “libre-service” dont la scalabilité est idéale et génère des tableaux très esthétiques et customisables par l’utilisateur.
Car, en définitive, cette “customisation” est un enjeu phare des grandes tendances BI de demain. Quand la DSI se rapproche des métiers, les métiers, eux, interagissent plus directement avec leurs données. En fonction des résultats qu’ils souhaitent obtenir, de l’information avec laquelle ils doivent convaincre, ou tout simplement de leurs goûts personnels, personnaliser les tableaux de bords est de plus en plus demandé. Ira-t-on jusqu’à parler de “charte graphique” pour des KPI d’entreprise ?

 

Participez en avant première à la présentation de la nouvelle version d’Essbase : Inscrivez-vous gratuitement au Webinaire