Vos données sont un trésor, nous fournissons la clé

Pourquoi les « Millenials » font d’excellents consultants BI

“Hyperconnectés”, “zappeurs”, “digital native”… On vous rabâche les oreilles avec ces fameux Millenials. Quels genres de consultants forment cette nouvelle génération ?

“Génération Y” ou “Millenials” comme le disent les anglophones, désigne les personnes nées entre le début des années 80 et le milieu des années 90. Une génération aujourd’hui en pleine expansion sur le marché du travail, et qui a fait couler beaucoup d’encre sur ses prétendues caractéristiques. Pourquoi ces “Millenials” feraient-ils donc de bons consultants BI ?

1. Ils sont “digital native”

Nés avec Internet, et pour les plus jeunes avec un smartphone dès l’enfance, cette génération a l’habitude des nouvelles technologies. Cette rupture quasi-anthropologique* les rend moins résistants au changement, habitués aux innovations techniques, curieux de nature. Ils sont capables de de se saisir d’outils inconnus et de se les approprier quand leurs parents, les baby boomers, voyaient d’un oeil circonspect l’arrivée des ordinateurs sur le lieu de travail. Idéal donc pour un consultant BI, profil qui se doit plutôt d’être technophile et en veille sur la nouveauté.

2. Ils sont ultra-communicatifs

Car qui dit nouvelles technologies…Dit communication, réseaux sociaux et interconnexion. À l’écoute de l’extérieur, cette génération a moins d’appréhension à communiquer et surtout à être réactive, habituée à être sollicitée au quotidien et à partager en permanence. Un bon point pour développer une fibre consulting, avec une capacité à gérer un ou plusieurs projets à la fois.

3. Ils sont flexibles et collaboratifs

Et le revers de la médaille ? Certains évoquent des problèmes de concentration. Oui, cette génération est sollicitée en permanence, mais cela lui permet justement de” poursuivre un travail en sous-main en dépit des interruptions incessantes**” Pas si “zappeurs” et “déconcentrés” que ça, donc. Quant à la flexibilité, si certains déplorent la tendance de ces jeunes salariés à changer de job comme de chemise, ils sont en effet plus flexibles et exigeants sur l’aspect trépidant de leur carrière car ils y accordent beaucoup plus d’importance. Ils sont en quête de sens et d’évolution permanente. Un vrai potentiel à exploiter quand la BI nécessite d’être en mesure de gérer des projets avec une grandes diversité et une certaine exigence.

4. Ils sont “data-native”

Applications, objets connectés, bracelets électroniques et outils de tracking… Les Millenials ont une certaine compréhension de la donnée : ils l’utilisent déjà au quotidien avec leur Nike Fitbit ou leur Apple Watch. Nés dans un monde déjà bouleversé par les grands enjeux de la donnée (Big Data, Open Data, sécurité de l’information) ils en connaissent parfaitement les problématiques.

5. Ils sont naturellement veilleurs

Mauvais point : être “digital native” ne favoriserait pas la capacité à apprendre par coeur de l’information. En effet, avec une mine d’or à portée de main partout et tout le temps, difficile de préférer le par-coeur aux moteurs de recherche. Pourtant (et ils en ont fait l’expérience à leurs frais) ces jeunes travailleurs sont capables de vérifier la légitimité et la véracité d’une information issue d’internet à force de pratique. Aussi, habitués aux applications et aux réseaux, ils ont mis en place leur propre flux de veille et canal d’information qu’ils ont petit à petit construit comme un écosystème de connaissance à travers sites spécialisés, blogs, comptes Twitter d’influenceurs ou encore podcasts.

6. Ils sont autoformateurs

En plus de la veille, dénicher des vecteurs de connaissance pour apprendre et se former en autonomie fait aussi partie des qualités de cette génération. Du MOOC au Proof of Concept en passant par la Master Class online, les moyens sont nombreux pour bénéficier d’auto formation non diplômante mais qualifiante. Côté BI, beaucoup s’informent ou se forment via des claviers virtuels tels qu’Open Classroom qui leur permet de découvrir de nouveaux outils et de partager leur expérience.

 

*Michel Serres

**Olivier Le Deuff, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université de Bordeaux

 

Cet article vous a plu ? Téléchargez notre livre blanc “7 clés de succès pour réussir son projet BI” ou contactez nous !

 

Regarder aussi

Que peut vous apporter la Data Science dès aujourd’hui ?

L’explosion du métier de Data Scientist et la course aux stratégies “data-driven” ne laissent plus ...

Un commentaire

  1. Pingback: Bonnes Vacances !